Articles Tagged ‘Lyon’

Master II Physiologie et Pathologies musculaires

 L'enseignement de cette spécialité vise à former des cadres de haut niveau de connaissance dans le domaine de la physiologie et de la physiopathologie neuro-musculaire. L’objectif est avant tout d’offrir une formation par et pour la recherche permettant une poursuite en doctorat ou d’occuper des emplois de cadre supérieur. A cette fin, d’une part, les enseignements théoriques sont dispensés sous forme de conférences par des chercheurs bénéficiant d’une forte reconnaissance internationale dans le domaine de la physiopathologie neuro-musculaire. D’autre part, les responsables de la formation veillent à sélectionner les laboratoires d’accueil des stages de recherche parmi les unités de recherche cliniques ou de science fondamentale, françaises ou internationales, de haut niveau dans la recherche neuro-musculaire.

Plus spécifiquement, la spécialité Physiologie et Pathologies Musculaires vise d’une part à transmettre des connaissances théoriques d’un niveau expert sur le processus contractile, le couplage excitation-contraction, la transmission neuro-musculaire, le métabolisme musculaire et les cascades de signalisation intracellulaire impliquées dans les conditions normales et pathologiques. Cette spécialité est originale puisqu'il n'existe pas en France de formation équivalente ciblée sur le système neuro-musculaire. Elle correspond aussi à une forte demande sociétale comme en témoignent les fortes campagnes de mobilisation autour des pathologies neuro-musculaires (Téléthon) et la promotion récurrente de la spécialité faite par l’Association Française contre les myopathies (site web AFM et cahiers de myologie). La spécialité a d’autre part pour ambition de faire connaître de manière approfondie et de faire pratiquer les techniques électrophysiologiques, électromyographiques, de biologie cellulaire et moléculaire, de mesure du Ca2+ intracellulaire, de transfert de gènes, de mesure métabolique et les principales investigations cliniques sur le muscle squelettique. Cette partie pratique est totalement originale et contribue non seulement à sensibiliser les étudiants aux enjeux, à la portée et aux écueils des démarches expérimentales actuelles mais aussi à établir un dialogue entre chercheurs et étudiants sur les métiers et la structuration de la recherche française.

La préparation d'une thèse de doctorat constitue le principal débouché de la spécialité. En revanche, des débouchés sont envisagés dans le domaine de la santé tel qu'en particulier l'assistance en recherche clinique (ARC) ou des sections R & D des industries pharmaceutiques orientées vers la recherche de médicaments préconisés pour les troubles musculo-squelettiques et les pathologies neuro-musculaires.